L’histoire de La Petite Boucle

Premières réflexions

Tout a commencé sur les bancs de l’école, lors d’un cours sur l’innovation. L’objectif était de trouver une solution au gaspillage textile. Très vite, l’envie de réutiliser des draps et des vêtements stockés au fond des armoires, trop abîmés ou trop démodés pour encore servir, mais trop sentimentaux pour être donnés ou jetés s’est imposée.
L’idée était de transformer ces textiles en nouveaux objets qui conserveraient une forte valeur sentimentale… des doudous !

La genèse du projet

Entre-temps, les doudous ont été laissés de côté, mais la revalorisation des matières textiles est encore là ! Et ce, grâce à l’achat d’un parapluie ! Il semblait tellement fragile que je me suis mise à imaginer ce que je pourrais en faire une fois que le mécanisme serait cassé (et en effet, il s’est cassé). Le tissu est fin, coloré, déperlant, très adapté pour protéger de la pluie.
Conserver l’usage, sous une autre forme.
Le coupe-vent by La Petite Boucle est né !

Nos envies

Parier sur l’upcycling

En concevant des produits respectueux de l’environnement

Nous choisissons des matières qui ont eu une première fonction ou qui au contraire attendent sur une étagère et ne serviront plus. L’idée est de réutiliser l’existant dès qu’on le peut, de ne pas extraire de nouvelles ressources.

Créer des pièces uniques

Au style coloré

L’upcycling permet aussi de  s’adapter aux tissus que l’on récupère, combiner, imaginer, créer quelque chose de différent. Avoir des petites quantités de chaque couleur fait partie du jeu, et c’est une singularité à exploiter.

Choisir la fabrication française

Pour agir sur notre territoire

Les coupe-vents sont fabriqués dans les Hauts-de-France, par des couturières en insertion professionnelle. Travailler avec des acteurs du territoire est une réelle envie, celle de pouvoir se rencontrer régulièrement, voir les avancées, aller chercher les pièces et échanger avec les couturières.

Derrière La Petite Boucle…

Une créatrice

Je m’appelle Claudie, j’ai 23 ans et j’ai été diplômée de l’ITEEM en 2020. J’ai lancé La Petite Boucle en sortant de mes études, avec pour objectif de me lancer dans un projet qui me plait, un projet qui a du sens. 

J’ai toujours gardé des chutes de papiers, de tissus, de rubans, en espérant trouver une idée plus tard pour en faire quelque chose de stylé. Aujourd’hui, c’est ça que j’aime faire. Récupérer des matières, et imaginer leur transformation.

Pour passer du premier prototype réalisé grâce à la machine à coudre de ma Grand-Mère et de nombreux tutos couture à la production des premiers coupe-vents upcyclés et made in Hauts-de-France, je me suis très vite entourée.

Deux stylistes modélistes

Caroline et Aline ont réalisé les patrons des deux modèles de coupe-vents, le Zéphyr et le Tramontane, ainsi que la gradation (le fait de dupliquer le patron en toutes les tailles).

Un atelier

Tous les produits sont fabriqués à Calais dans un atelier d’insertion professionnelle, par l’équipe de couturières de Sandrine et Angélique. Elles sont sensibles au thème de l’upcycling et travaillent déjà avec des marques de mode éco-responsables.

Des partenaires pour récupérer les parapluies

Des boutiques lilloises collectent les parapluies en fin de vie. Pour savoir où déposer votre parapluie cassé, c’est juste ici.

La Maison Piganiol, entreprise familiale française fondée en 1884, spécialisée dans la fabrication de parapluies et implantée à Aurillac est également un partenaire de taille. La Petite Boucle devient un des maillons du cycle de vie de leurs parapluies, en réutilisant les toiles des parapluies en fin de vie, ainsi que les tissus d’anciennes collections inutilisés depuis des années.

Des partenaires pour faire grandir le projet